La technique de Nuss, l’avis d’un opéré

Publié le 04/04/2022 | Environ 11 minute(s) de lecture

technique-nuss-pectus-excavatum-fr-624b06e818e43627961868.webp

Salut, c’est Emilien Gts ! Avant de commencer cet article, je tenais à te proposer mon e-book GRATUIT le plus téléchargé, qui ne peut que t'aider ! Je t'invite donc à cliquer sur le bouton ci-dessous pour le télécharger. Bonne lecture !

 

Après avoir vu les techniques de comblement, la technique de Ravitch, je vais te parler de la technique que j’ai moi-même expérimenté. Oui, si tu ne le savais pas, j’ai eu un Pectus Excavatum. Je dis bien eu car aujourd’hui, c’est de l’histoire ancienne. Je me suis fait opérer il y a maintenant 8 ans environ. Je me suis donc fait opérer à l’aide de la technique de Nuss. Et c’est de cette technique dont je vais te parler dans cet article.

Je tiens à préciser que tout ce qui est dit dans cet article n’est pas un avis médical. Je ne suis pas un professionnel de santé. Toutes les informations de cet article sont le résultat de recherches, de lectures et de mon expérience personnelle.

 

En quoi consiste la technique de Nuss ?

La technique de Nuss est la seconde technique inventée pour corriger le Pectus Excavatum. Cette technique a été inventée par un chirurgien s’appelant Nuss, et ce dernier a clairement révolutionné la façon de corriger le Pectus Excavatum. Car à l’époque, on utilisait uniquement la technique de Ravitch.
La technique de Nuss est considérée comme « mini-invasive », c’est à dire qu’il n’y a pas d’ouverture complète lors de l’intervention pour corriger le défaut que provoque le Pectus Excavatum.

 

La technique de Nuss consiste à redresser la cage thoracique à l’aide d’une barre (ou deux dans certains cas) légèrement incurvée. Pour se faire, le chirurgien va procéder à deux petites incisions, respectivement à environ 10cm en dessous des aisselles. La barre va être introduite latéralement, par les cicatrices. Une fois fixée, la barre est retournée à 180° pour pouvoir restituer la forme anatomique de base du thorax.

 

 

La barre va rester en place 2 à 3 ans, pour ensuite être retirée. Pour ma part, je l’ai gardé 4 ans, car le chirurgien a voulu que je la garde un an de plus, car il suspectait un risque (qu’une fois la barre enlevée, le Pectus Excavatum revienne).

 

La partie préopératoire

Pour la partie préopératoire, ça sera du classique pour une opération du Pectus Excavatum :

  1. Un scanner de zone thoracique;
  2. Une consultation avec le chirurgien, qui t’expliquera l’intervention et répondra à tes questions;
  3. Une consultation avec l’anesthésiste, qui te précisera plusieurs choses (par exemple s’il est nécessaire d’arrêter certaines choses avant l’opération);

J’ai également dû passer des tests cardiovasculaire (Vo2max, etc…). Cela a probablement permis au chirurgien de savoir si mon Pectus Excavatum pouvait provoquer des troubles fonctionnels. Ce qui était le cas.
Il faudra également, la veille, prendre une douche avec un shampoing spécial pour les chirurgies. Il faudra bien sûr être à jeun le matin de l’opération. Mais ça, ce sont des classiques pour les interventions chirurgicales.

 

La partie intervention chirurgicale

Pour ce qui est de l'opération en elle-même, le chirurgien anesthésiste va tout d’abord te mettre sous anesthésie générale. Deux incisions verticales vont être faites, respectivement 10 cm (environ) en dessous des aisselles. Le chirurgien va alors insérer la barre, notamment à l’aide d’un outil permettant de voir l’intérieur du patient, afin de ne pas le blesser.

 

 

La barre est ensuite retournée, afin de redonner au sternum son aspect anatomique de base (cage thoracique sortie).

 

La partie postopératoire

Après l’intervention, il va falloir te reposer ! Tu vas prendre le temps de récupérer et de suivre les conseils du chirurgien.

Tu vas regagner ta chambre, et là, les choses sérieuses vont commencer. Car oui, l'anesthésie aura mis un sacré coup à ton organisme. Tu seras sûrement constipé pendant les prochains jours, boire de l’eau dans l’immédiat te donnera sans doute des nausées, etc.. Mais cela ne va pas durer ! Ton corps va commencer à fonctionner comme avant, laisse lui juste un peu de temps.

Concernant les douleurs, tu en auras. Pour ma part, j’ai eu un gros hématome au niveau de mon (ancien et peu regretté) Pectus Excavatum. Le simple fait de rire, tousser, bailler me causait des douleurs. Mais le pire, c'est d’éternuer !
J’ai également eu des douleurs au niveau des cicatrices, mais bien moins douloureuses.

J’ai aussi eu le droit à des exercices pour travailler ma respiration, mon souffle, le tout guidé par un kinésithérapeuthe. Souffler dans un tube pour faire monter une balle. Prends ça comme un défi, essaye de faire mieux que la dernière fois, ça t’aidera toi et tes poumons !
Avec ce kinésithérapeuthe, tu vas également devoir passer par l’étape de remarcher. Car oui, le fait de te lever va être une sacré étape. Mais tu verras que quelques jours après, tu pourras parfaitement marcher seul.

 

 

Une fois sorti, tu vas devoir faire attention aux gens, à ce qu’il ne te bouscule pas, car tomber pourrait avoir de graves conséquences. Tu vas devoir limiter le sport (j’ai dû arrêter pendant environ 1 an). Et aussi éviter les sports de contact, pour ne prendre aucun risque.

Puis viendra la seconde opération, où le chirurgien te retire le matériel. Certains n’y vont pas, mais je te conseille fortement d’y aller, c’est très important.

 

Quels sont les avantages ?

Maintenant que tu en sais plus, je vais te parler des avantages de cette technique.

Premièrement, la technique de Nuss est clairement vue comme la meilleure technique de remodelage, largement devant la technique de Ravitch. La plupart des chirurgiens pratiquent maintenant la technique de Nuss plutôt que la technique de Ravitch.
Elle est moins dangereuse que Ravitch, et surtout moins traumatisante pour le corps. Aussi, les cicatrices sont bien moins visibles que la technique de Ravitch.

Deuxièmement, la technique est une technique de remodelage, elle permet donc de corriger les Pectus Excavatum les plus profonds. Et par profonds, j’entend notamment les Pectus Excavatum provoquant des troubles fonctionnels. Cela n’est par exemple pas possible avec les techniques de comblement. La technique de l’implant 3D, aussi géniale soit-elle, ne pourra pas empêcher ton sternum de compresser ton cœur ou résoudre le problème de diminution de la capacité respiratoire.

Troisièmement, si l’on fait s’affronter la technique de Nuss et la technique de Ravitch, la technique de Nuss a un énorme avantage. C’est une technique dite « mini-invasive ». Elle est donc nettement moins traumatisante comparé à Ravitch. La technique de Ravitch met en avant une ablation des cartilages costaux défectueux ainsi qu’un travail intense sur la structure du sternum, contrairement à la technique de Nuss.

 


Enfin, en tant qu’ancien « Nussien », je peux te dire que le plus gros avantage que je tire de cette opération, c’est la leçon de vie qui en découle. Je sais ça fait clairement cliché, mais vraiment, c’est la vérité. Quand tu as 13 ans, et qu’on t’annonce les risques, que tu comprends qu’un infime pourcentage peut mettre fin à ta vie, tu te rends compte de beaucoup de choses. Tu prends conscience de beaucoup de choses. Et ça m’a aidé pour ce qui a suivi.

 

Quels sont les inconvénients ?

Après les superbes avantages énoncés, passons au moins drôle : les inconvénients.

Premièrement, cette opération n’est pas faite pour tout le monde. Tout d’abord au niveau de l’âge. La technique de Nuss est réservée aux adolescents, idéalement aux alentours de 15 ans. Certaines sources montrent une limite de 20 ans, grand maximum. Car oui, jusqu’à cet âge, le thorax reste souple et la technique est bien  plus efficace.
Aussi, cette technique ne peut pas convenir à tous les Pectus Excavatum. En effet, la barre étant incurvée, elle prend la forme du thorax, avec le point le plus élevé de la barre étant au milieu. Tu l’auras compris, cette technique n’est pas la plus adaptée pour les Pectus Excavatum qui ne sont pas symétriques. 

Deuxièmement, on touche à un problème similaire que pour la technique de Ravitch : les douleurs. Les douleurs seront bien plus importantes pour la technique de Nuss que pour les techniques de comblement en général. 
Egalement, autre problème similaire, l'impossibilité de faire un massage cardiaque ou d’utiliser un appareil de défibrillation. On se retrouve avec la même contrainte que la technique de Ravitch.

Autre inconvénient, le fait qu’il y ait deux opérations. Contrairement à la technique de l’implant 3D, les techniques de remodelage, et donc la technique de Nuss, nécessite deux interventions. Une pour mettre en place le matériel, et l’autre pour l’enlever.

Si l’on parle de l’âge, on peut également y voir un inconvénient. En effet, la technique de nuss se base sur un redressement de la cage thoracique. Il faut donc une cage thoracique qui accepte ce processus. Une cage thoracique souple, malléable. Tu l’auras compris, cette technique est préférée pour les patients n’ayant pas encore fini leur puberté, car les os sont bien plus souples.

Il existe également des risques, des risques à ne pas prendre à la légère. Comme pour Ravitch, l’opération est faite de telle façon qu’il est possible qu’une perforation cardiaque arrive. Si ce n’est pas ça, des lésions peuvent avoir lieu. Cela est également possible lors du postopératoire, si la barre bouge ou vient à se rompre.
Justement, lors du postopératoire, la barre mise en place peut se déplacer et créer ainsi plusieurs problèmes. Également des lésions dans ce cas.
La barre peut également être à l’origine d’une infection, ou même simplement provoquer une allergie.

 


Pour conclure, il y a un risque que tu ne sois pas totalement satisfait. En effet, il est possible que le Pectus Excavatum repointe le bout de son nez, même de façon légère. C’est quelque chose de possible, qu’il faut être prêt à accepter. Cependant, rien n'empêchait une seconde opération, par exemple avec une de techniques de comblement, pour pouvoir finaliser la chose. Mettre la cerise sur le gâteau.


Étant un ancien « Nussien », je peux te dire que cette opération n’a été que bénéfique pour moi. Certes il y a des risques, mais ça, c’est un choix que toi seul peut faire. Si tu veux en savoir plus sur mon témoignage, je te laisse cliquer ici pour visionner un ensemble de 6 témoignages concernant ma vie avec mon Pectus Excavatum.

 

Voilà qui signe la fin de cet article, si tu as des questions, tu peux me contacter via le formulaire de contact, la page Facebook, le compte Instagram ou le compte Twitter.

À bientôt !

EmilienGts


Pour proposer un commentaire, veuillez vous connectez.
Cet article ne possède pas encore de commentaire.